Le samedi 1er fvrier 2014 de 10h 18h
Espace Duranti – Salle Oste Toulouse


Une journe d’ateliers et de dbats propose par le Bureau des Compagnies de Thtre, collectif pour la cration thtrale en Midi-Pyrnes, en partenariat avec la DRAC Midi-Pyrnes, la Mairie de Toulouse, ARTfactories/Autre(s)pARTs, le Conservatoire d’art Dramatique de Rgion, le COUAC, la librairie Oh les beaux jours,le Ring, la Cave Posie-Ren Gouzenne, la FNCTA et le restaurant Le bol rouge

Invits :
PASCAL BELY, spectateur, blogueur.
FRANOIS RIBAC, compositeur de thtre musical et matre de confrences l’Universit de Dijon.
CHRISTIAN RUBY, philosophe, enseignant Paris.
DANIEL URRUTIAGUER, matre de confrence en tudes thtrales Paris III, spcialiste en socio-conomie du spectacle vivant.

" l’origine de cette journe il y a la volont, avec notre spcificit d’artistes, de compagnies de thtre, de nous saisir publiquement du dbat sur la situation, l’endroit et le sens de la cration thtrale aujourd’hui.
Cette journe est le premier acte, nous le souhaitons fondateur, d’une rflexion et d’une mise en perspective actives et publiques, que nous initions autour de l’acte de cration.

Avec cette proposition, nous voulons rinterroger la dimension citoyenne de la cration thtrale dans l’espace public aujourd’hui.
L’hgmonie grandissante d’une idologie de march participe au dsengagement croissant des pouvoirs publics vis--vis de l’aide et de l’accompagnement de la cration artistique et notamment de la cration thtrale. Ce dsengagement tmoigne d’une crise du sens et d’une dfaillance du pacte dmocratique, public et citoyen, qui nous runit aujourd’hui.

L’artiste crateur volue dans un systme o il n’a plus sa place. Un systme qui a perdu toute pertinence philosophique, politique et sociale.

La cration artistique est-elle encore considre comme une des exigences du contrat social ?
L’art a-t-il encore sa place dans l’espace public aux cts de la pense critique et de la citoyennet ?
L’artiste a-t-il encore une place suffisante aux cts des spectateurs ?
Pourquoi le grand absent du discours des politiques culturelles est-il justement le spectateur, le public ? Absent parce qu’essentiellement nomm, quantifi et classifi en termes de jauges, de frquentation, de typologie, de nombre en fin de toute analyse.

Dans cette perspective, quel sens et quelle place, aujourd’hui, pour l’art vivant qu’est le thtre au cur de nos politiques, de nos villes et de notre socit ?

Durant la matine, nous proposons 3 ateliers. Le premier porte sur le spectateur aujourd’hui, le deuxime sur la socio-conomie du spectacle vivant et ses perspectives et le troisime sur les questions de dmocratisation culturelle et de dmocratie artistique. L’aprs-midi nous mettrons en dbat ses trois ples o se croisent cration et politique." Le BCT.

Droulement de la journe

Matine 10h – 12h30 / ATELIERS :

Introduction de la journe par le BCT

Atelier 1 – Le spectateur-citoyen en question
Une expression traverse dsormais les discours politiques, artistiques et esthtiques du temps : citoyenne spectatrice ou citoyen spectateur. Il nous parat ncessaire d’interroger cette expression et d’examiner ce qu’elle retient ou ce qu’elle promeut, les nostalgies qu’elle renforce ou les ouvertures qu’elle promet. Cette expression peut avoir un usage ngatif et un usage positif. Chacun doit se dterminer par rapport ces usages. Nous proposons de lancer la discussion sur ce plan et d’esquisser les possibilits auxquelles elle donne lieu. » Christian Ruby.

Avec Pascal Bly, Christian Ruby

Atelier 2 – Politiques culturelles et valorisation de la production des compagnies thtrales

La reconnaissance juridique et politique d’une mission de service public s’est construite autour de la lgitimit d’une articulation entre un soutien aux exigences artistiques et la recherche d’une dmocratisation culturelle. La logique de service public entre en imbrication avec celle du march puisque les jugements sur la valeur esthtique des spectacles par les prescripteurs professionnels (programmateurs, journalistes culturels, experts des collectivits publiques) influencent leur valorisation montaire. Dans un contexte de stabilisation, voire de baisse, des dpenses culturelles publiques, la concurrence entre les compagnies s’intensifie pour accder aux rseaux de diffusion des tablissements labelliss et aux subventions tatiques. La diversification de l’offre thtrale pose des questions sur les modes envisageables de coopration entre les compagnies, les collectivits publiques, les tablissements culturels, les lieux non artistiques, la population, qui feront l’objet des changes au cours de l’atelier. » Daniel Urrutiaguer.

Avec Daniel Urrutiaguer

Atelier 3 – La fabrique de la programmation culturelle
Prsentation par Franois Ribac (compositeur et sociologue) d’une enqute mene (avec Catherine Pessin, sociologue) de 2011 2013 et soutenue par la Rgion Pays de la Loire, la Ville de Nantes et le DEPS. La politique culturelle en France est souvent assimile l’offre publique de spectacles, qui n’a cess de s’toffer. De ce fait, les programmateurs-trices sont des acteurs essentiels puisqu’ils-elles convertissent un lieu, un artiste, une uvre, en intrt gnral. Au terme d’une enqute de deux ans, Franois Ribac dressera les contours de cette expertise et la place de la programmation de spectacles dans la mise en uvre de la politique culturelle publique.
Page Facebook ddie la recherche : https://www.facebook.com/LaFabriqueDeLaProgrammationCulturelle?skip_nax_wizard=true

Aprs-midi 14h30 – 18h / DEBAT

La cration thtrale dans nos dmocraties »

1 / Ouverture par un des animateurs du dbat
2 / Compte-rendu des ateliers de la matine par le BCT
3 / Dbat avec la salle et les participants

Clture de la journe /
Conclusion, mise en perspective par le BCT

Infos pratiques

Date : samedi 1er fvrier 2014
Lieu : Espace Duranti – Salle Oste, 6 rue du lieutenant Plissier 31000 Toulouse
Accs : Ligne A Mtro Capitole
Horaires : de 10h 18h

Consulter le programme et la biographie des intervenants sur le site du BCT

Mis à jour le jeudi 9 janvier 2014