ARTS-POPULATIONS-TERRITOIRES

ARTfactories/Autre(s)pARTs est un groupe d’acteurs culturels et d’artistes, réunis autour d’un projet commun de transformation de l’action culturelle par l’expérimentation d’autres rapports entre populations, arts et territoires. En savoir plus

Lire les 9 principes d’ARTfactories/Autre(s)pARTs, actualisés en décembre 2012.


POINT D'ACTUALITE

L’association Autre(s)pARTs a été fondée en 2000 et a fusionné en 2007 avec l’association Artfactories. En 14 ans, beaucoup de choses ont été accomplies, la richesse de ce site en témoigne. Et nous sommes persuadés qu’il nous reste beaucoup à faire. Mais comment faire ? Une association comme la nôtre fonctionne bien sûr avec des forces militantes bénévoles, mais aussi avec une équipe salariée. Nous avons effectivement deux salariées, Bahija Kibou et Adeline Bourdillat. Ce sont elles les chevilles ouvrières de notre travail, elles qui assurent la coordination, la communication, l’administration et mille autres tâches.

Or, nous n’avons plus aujourd’hui les moyens de les payer.

Nous avons été financés jusqu’ici par le Ministère de la Culture et par le Secrétariat Général du Comité Interministériel des Villes, qui a fusionné l’an passé avec l’Acsé et la DATAR, au titre de nos différents travaux. En 2015, ces financements seront remis en cause. Faute de moyens publics, faute de reconnaissance de l’intérêt de nos engagements, faute de véritable choix politique.

Devant cette situation, nous avons fait le choix de licencier Bahija et Adeline, pour raisons économiques. C’est un choix douloureux, car, au delà de leurs compétences professionnelles, nous avons particulièrement apprécié leur engagement et leurs qualités humaines.

Bien sûr, dans ces circonstances, nous nous interrogeons sur la pérennité de notre association. Devrons nous disparaître, comme tant de projets artistiques et culturels sacrifiés sur l’autel de l’économie — non, pas de l’économie, mais des économies ? Nous cherchons bien sûr des solutions, de nouveaux modes d’organisation, de nouvelles perspectives, mais sans aucune certitude de réussite.

Et au delà de notre cas particulier, c’est bien une question plus large qu’il faut se poser : Y a-t-il aujourd’hui place, dans les politiques publiques, pour les réseaux, les collectifs de structures, les regroupements ? À l’heure où l’on ne nous parle que de mutualisation, nos associations ou fédérations, dont c’est la raison d’être d’accompagner, soutenir, conseiller, et donc, permettre, via des services partagés, de faire des économies d’échelle, sont menacées de disparition.

Doit-on désespérer définitivement de voir se mettre en place et se développer une politique où les organisations et associations de professionnels pourraient vraiment assumer leurs rôle de « Société Civile de la Culture » ?

La collégiale d’Artfactories/Autre(s)pARTs.

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ecrivez-nous.


TRANSMISSION DANS LES LIEUX INTERMEDIAIRES ET INDEPENDANTS

Le 17e atelier de réflexion organisé par ARTfactories/Autre(s)pARTs s’est tenu le 6 juin 2014 aux Ateliers du Vent à Rennes dans le cadre du Projet Quelles sont nos ruines ? Proposé par les membres fondateurs de ce lieu situé à un moment charnière de son histoire et dans un quartier en mutation, le thème de cette journée a résonné profondément parmi les participants. La transmission concerne en effet tout le monde et à tout moment de son parcours. Rapportée aux lieux intermédiaires et indépendants dont il a été question durant cet atelier, la notion de transmission a logiquement été élargie à des enjeux collectifs qui relèvent pour la plupart du domaine public.

Transmission dans les lieux intermédiaires et indépendants

La journée du 6 juin s’est déroulée en deux temps : À l’invitation des Ateliers du Vent, Marie-Pierre Bouchaudy a ouvert la journée par une mise en perspective approfondie de la notion de transmission considérée à travers le prisme du secteur culturel. L’après-midi a ensuite été consacré à deux ateliers qui se sont appuyés sur différents témoignages et études de cas. Plus tard en septembre, un entretien avec Pascal Nicolas-Le Strat a permis d’apporter un éclairage supplémentaire sur les propos tenus pendant cette journée.

Cliquez sur l’image pour accéder à la synthèse correspondante

QUELQUES DÉFINITIONS POSSIBLES DE LA TRANSMISSION PAR MARIE-PIERRE BOUCHAUDY





ATELIER N°1 : Témoignages d’Eric Chevance à propos du TNT-Manufacture de chaussures (Bordeaux), de Céline Le Corre pour les Ateliers du Vent (Rennes) et de Céline Laflute, coordinatrice de L’Âge de la Tortue (Rennes).



ATELIER N°2 : Témoignages de quelques personnes investies au sein de L’Élaboratoire à Rennes ; interventions de Christophe Piret, directeur artistique du 232 U et de la compagnie Théâtre de chambre ; et d’Alain Hélou, cofondateur et directeur des Ateliers du Vent.



ENTRETIEN AVEC PASCAL NICOLAS-LE STRAT





Sébastien Gazeau - Textes rédigés à partir des propos tenus à Rennes les 5 et 6 juin 2014 lors de l’atelier intitulé « Transmission dans les lieux intermédiaires et indépendants »

Lire les synthèses


news